Jouer à BKC

forum d'échanges sur la règle de Blitzkrieg Commander
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ciold War Commander : Centre Europe 1987

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
foxbat



Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2010

MessageSujet: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   Jeu 25 Aoû - 7:25

Cette partie, jouée dans le cadre de la campagne l'Ours et l'Aigle, est jouée selon les règles du scénario "Breakthrough" qui donne à l'attaquant le double de points du défenseur, mais l'oblige à remplir ses objectifs en 12 tours. Les Français (joués par moi) sont à l'attaque, Stéphane essaye de prendre en main les défenseurs est-allemands.

Et tout d'abord, pour vous mettre dans l'ambiance...



Libération, de notre envoyé spécial Jocelin Arnaud
Du QG du général Roquejoffre, Siegen, Allemagne de l'Ouest, le 5 avril 1987

Le général Roquejoffre



Aujourd'hui, la 1ère Division Blindée, arrivée la veille sur le front, a effectué sa première opération de combat. Départ à l'aube, notre mision : reprendre la petite ville de Siegen, au Nord Est DE Francfort, et menacer le flanc de la percée soviétique vers le Rhin. Un pâle soleil printanier peine à réchauffer la campagne allemande. Le général Roquejoffre, qui commande la 1ère Division Blindée, est confiant : l'OTAN jouit de la supériorité aérienne dans le secteur, et les renseignements laissent à penser que la brigade est-allemande qui tient la ville ne s'attend pas à être attaquée. Il prévoit de feinter vers le Sud, pour prendre de flanc la défense.On verra bien.
Très vite, contact est pris avec l'ennemi : un rapport de la 2ème section de notre compagnie d'éclairage, montée sur des AMX 10 RC (pour Roue/Canon), nous avertit que des chars T72 occupent le Steinberg, un peu à l'ouest de Siegen, et les allument au 125 de 1500m. Le capitaine Stefanelli, qui commande la compagnie de chars AMX 30 sur le nord de la poussée principale, suit le combat à la radio : très vite, le silence revient sur les ondes, "c'est fini" me dit Stefanelli "ils ont été détruits". Et malgré ses efforts, le malheureux peloton de 10RC, au blindage si mince, a été pulvérisé par les redoutables canions de 125mm des T72. Des 12 hommes qui les montaient, aucun n'a survécu. Tel est le visage de la guerre moderne.

Un AMX 30 monte vers le front


Stefanelli semble abattu par l'événement : le lieutenant Pirasse, qui commandait les 10 RC, était un camarade de promotion, et la présence de T72 sur son axe de progression semble le tétaniser. Les AMX 30 retournent en arrière, ce qui lui vaut un savon du général Roquejoffre, qui lui enjoin de se remettre en route. Ce qu'il ne tarde pas à faire, mais un rapport erroné signalant de l'infanterie mécanisée ennemie au débouché d'Altkirch - nous apprendrons plus tard qu'il s'agit des AMX 10P (des véhicules blindés chenillés servant à transporter des fantassins, et armés d'un canon de 20mm) de l'escadron Forant- le pousse à se replier de nouveau, à l'immense fureur du général.
Un général qui ne reste pas inactif de son côté : le canon tonne sur notre droite : nous pouvons distinguer au sommet de la côte 104 les 2 compagnies d'AMX 30 de Roquejoffre qu tirent au canon de 105mm sur des objectifs situés à l'est. La radio s'anime, les X30 ont fait un carton : aux commentaires excités des équipages on comprend qu'une compagnie de T72, ceux qui ont détruit la deuxième section d'éclairage, a subi au moins 75% de pertes sur le Steinberg, et que ses derniers chars se replient. La voie est libre, en avant! L'escadron Stefanelli bondit sur la route d'Altkirch.
Au débouché de la ville, nous tombons sur les fantassins des escadrons Forant et Kerhével, dont les transports blindés embouteillent la route : possibilité d'embuscade à la ferme Bauer, au débouché des bois. Kerhével et Forant s'engueulent copieusement, chacun accusant l'autre d'être responsable du bordel.Stefanelli ne s'attarde pas, il donne l'ordre de déboîter par la gauche, et nous longeons à toute vitesse la lisière nord des bois. La ferme Bauer est en vue, prudence! Des champs de mines ont été repérés. Par dessus les cimes de bois, nous distinguons les AMX 30 du général Roquejoffre qui viennent couronner le sommet du Bauerberg... et c'est le drame! Des chars explosent, la confusion s'installe dans les rangs français. Stefanelli fait encore forcer l'allure, nous laissons sur notre droite la ferme Bauer, et nous glissons dans une brêche du champ de mines. Stefanelli est entrain de m'expliquer que les Allemands de l'Est n'ont pas encore le temps de camoufler plus efficacement leurs pièges qu'une violente explosion retentit : la tourelle de "Bouvines", le char qui fonce devant nous, s'élève dans les airs sur une colonne de feu. Nous ne reverrons jamais l'adjudant Lebel, le "rigolo" de l'escadron, dont les blagues potaches faisaient rire qui n'en était pas la victime... D'autres chars autour de nous sont touchés, s'immobilisent et brûlent. Les survivants hébétés s'extraient des carcasses fumantes, certains se roulent à terre pour éteindre les flammes qui les consument. Pas le temps de s'apitoyer sur son sort ni même d'avoir peur : Stefanelli fait virer ce qui reste de son escadron à gauche, sur la côte 105, nous distinguons les silhouettes ramassées de chars ennemis, la lueur des départs de coups de 125 mm. Le vacarme autour de nous est assourdissant : tous les chars de l'Escadron Stefanelli ont ouvert le feu sur l'ennemi, les coups portent : là haut, sur la 105, un T72 vient de s'embraser. Les AMX 30 semblent prendre l'ascendant, mais l'avantage est encore fragile : les T72 semblent se regrouper pour manoeuvrer quand une grêle de coups s'abat sur eux : ce sont les chars de Roquejoffre qui sont descendus du Bauerberg et ont contourné, à travers les champs de mines, la ferme Bauer. Les obus pleuvent, les T72 explosent, ils n'en peuvent plus : ils tentent de se replier derrière la crête, mais les tankistes français n'en ont pas eu assez. Le feu semble redoubler, les blindés ennemis chancellent sous les coups, pas un d'eux n'atteindra l'abri de la contrepente : l'escadron de T72 ennemis est anéanti. Des presque 30 hommes qui montaient les monstres d'aciers, seuls 6 sont le soir aux mains des Français, presque tous blessés : tous les autres ont péri brûlés dans leur char.
Le massacre paraît assommer la résistance ennemie : la force Jauzée (2 pelotons de X30 et de fantassins portés sur AMX 10P) fait sa jonction avec nous à l'est du Bauerberg et contourne le Steinberg par le sud. Les chars de Roquejoffre gravissent le Steinberg, au milieu des carcasses fumantes des T72, et engagent le combat avec les derniers chars ennemis tapis à la lisière de Siegen. Nous arrêtos notre escadron à l'ouest du Steinberg, immédiatement derrière ceux du Général Roquejoffre, en attendant que les fantassins des escadrons Forant et Kerhével - qui ont finalement découvert que la ferme Bauer était en fairvide d'ennemis - viennent nous rejoindre. Le combat continue avec des fortunes diverses : les derniers T72 sont anéantis à l'orée de Siegen, une section d'AMX 10 P de la force Jauzée, qui s'était trop avancée, est détruite par des tirs de RPG 7 venus de la ville. Un feu d'enfer se déclenche, nous apprendrons plus tard que les chars de Jauzée, et ses transports de troupes survivants, ont couvert l'assaut de ses 2 sections d'infanterie qui ont éliminé les Allemands de l'Est téméraires. La route semble libre, la force Jauzée contourne Siegen par le Sud, pour prendre sous son feu les sortie est de la ville. Une compagnie de chars de la force Roquejoffre s'introduit dans la ville, pour interdire à l'ennemi l'usage de la route qui la traverse. Des fantassins ennemis lancent des assauts désespérés qui sont aisément repoussés par les mitrailleuses des chars. Il est 11 heures du matin, 2 heures après le début de l'attaque : des groupes de soldats ennemis commencent à émerger des maisons en levant les bras, la résistance est-allemande s'effondre. Siegen est prise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foxbat



Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2010

MessageSujet: Re: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   Jeu 25 Aoû - 7:26

Et maintenant les choses sérieuses :mrgreen:

La carte




Forces en présence : un bataillon d'infanterie est-allemande soutenu par un bataillon de T72, le tout en placement caché retranché derrière des champs de mines, contre un bataillon d'infanterie mécanisée française, un bataillon augmenté d'AMX 30, de la reco (AMX 10RC) et des soutiens.

Roquejoffre (CO) : 6 AMX 30



Stéfanelli (HQ) 4 AMX 30



Forant (HQ) : 4 AMX 10P + fantassins



Kerhével (HQ) : 3 AMX 10P + fantassins



Jauzée (HQ) : 2 AMX 30, 2 AMX 10P + fantassins en marche de flanc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foxbat



Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2010

MessageSujet: Re: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   Jeu 25 Aoû - 7:27

Plans :

Allemands de l'Est : tenir la ville avec de l'infanterie, et couvrir ses approches avec les canons des T72.
Français : une attaque enveloppante par le Sud, la formidable position du Tannenberg et les risques d'embuscade à Sachsenhausen rendant problématique la route nord.

Placement et intentions




Le terrain vu de l'Est (les perles rouges représentent les leurres, les blanches les coins des champs de mines, les jetons de belote les objectifs et points de sortie). Remarquer les larges interstices entre les champs de mines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foxbat



Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2010

MessageSujet: Re: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   Jeu 25 Aoû - 7:28

Tour 1
Les Français ont de la chance, l'AMX 10 RC dévoile une compagnie de T72, ce qui est compensé par une atroce série de jets de commandement, chaque QG passant en moyenne un ordre. La riposte est-allemande ne se fait pas attendre : l'AMX 10 RC est pulvérisé, mais les T72 ratent leur second jet de commandement et restent sur place.

Carte



AMX 10 RC KO



Forant dans Altkirch (maisons Timecast)



Stefanelli bloqué



Tour 2
Stefanelli reste en rade, et les 2 compagnies mécanisées se trainent sur la route d'Altkirch... mais Roquejoffre et ses chars escaladent la côte 104, et les canons des AMX 30 détruisent vite 2 pelotons de T72. Avec une allonge de 120cm (contre 80 à cette version du T72), le X30, surtout avec un Chef à 10, est redoutable à Cold War Commander. C'en est trop pour les chars est-allemands, qui se replient à la première activation. Le tir d'opportunité, de flanc, démolit une autre plaquette. 3 sur 4 ce tour ci, le tournant de la partie car la pince sud de la tenaille des tirs croisés est-allemand est démolie.

Carte



Roquejoffre tire



2 T72 sont détruits



1 troisième est détruit pendant le repli

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foxbat



Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2010

MessageSujet: Re: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   Jeu 25 Aoû - 7:30

Tour 3
Alors que Stefanelli continue de rater ses jets de commandement, que l'infanterie s'embouteille dans les bois, du fait de mauvais jets de commandement -et de ma crainte de voir une embuscade tendue à la ferme Bauer -, les AMX 30 de Roquejoffre gravissent le Bauerberg... et présentent, à limite de portée, le flanc aux T72 planqués dans les bois sur le Tannenberg. A l'activation est-allemande, un char est détruit, sans que les autres, génés par l'enfilade, puissent riposter. Les T72 en profitent pour se rapprocher, mais rate le jet de commandement suivant. Ils sont toutefois en position pour un tir d'opportunité dévastateur.

Carte



Un AMX 30 brûle sur le Bauerberg



Les T72 sur la côte 105



Tour 4
Le tour décisif. Ne pouvant bouger les chars sur le Bauerberg, le Français fait agir le QG Stefanelli. Comme pour compe,nser ses jets jusque là désastreux (2 command blunders, ou gaffes, qui lui ont par deux fois fait retracer une avance antérieure), les dés sont extrêmement favorable : 3 mouvements, suivis de 2 phases de tir. Si un X30 est détruit aux environs de la ferme Bauer, les 3 autres alignent les T72 sur la côte 105, les "clouant"(suppress) tous les 3. Ce qui laisse l'opportunité de prendre avec l'infanterie la ferme Bauer : contrairement aux attentes, elle est inoccupée. La marche de flanc de la force Jauzée fait son entrée et atteint le sud du Steinberg. Les chars de Roquejoffre descendent le Bauerberg et massacrent les T72 sur la côte 105

Carte



Les T72 brûlent sur la côte 105



Tour 5
Les forces françaises préparent l'assaut final. Tandis que les groupements Stefanelli, Forant et Kerhével se rapprochent du Steinberg (1 jet de commandement réussi en moyenne), la force Jauzée débarque son infanterie et envoie ses blindés envelopper Siegen par le sud. Ce faisant, elle se fait allumer au RPG par une plaquette embusquée dans el quartier sud de Siegen, et perd un AMX 10P. L'AMX 10 RC restant en profite pour se placer au sud de la route principale qui traverse Siegen. La forceRoquejoffre escalade le Steinberg. Durant l'activation est-allemande, l'infanterie rate son jet, ce qui laisse tranquille les blindés de Jauzée quelque peu aventuré. Le T72 ouvre le feu sur les AMX 30 sur le Steinberg, mais rate la plupart de ses dés, et le char sauvegarde ceux qui passent (occuper les hauteurs diminue la probabilité d'être touché). L'activation suivante est ratée.

Carte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foxbat



Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2010

MessageSujet: Re: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   Jeu 25 Aoû - 7:31

Tour 6
Les Blindés Jauzée assaisonnent la plaquette d'infanterie ennemie, la clouant, ce qui permet à leur infanterie de donner l'assaut et de l'éliminer. Puis ils contournent Siegen pour prendre la sortie est sous leurs canons. Les groupements Stefanelli, Forant et Kerhével ne font rien, mais les AMX 30 sur le Steinberg éliminent le T72 à l'orée de Siegen. 2 d'entre eux se placent sur la grand rue, pour en interdire l'usage. Ce faisant, ils donnent l'opportunité à une plaquette d'infanterie est-allemande de tenter un corps à corps : mitraillée à bout portant, elle prend 3 hits et est "clouée", ce qui rééquilibre le rapport de forces pour le combat rapproché. Ce dernier dure 2 rounds, et voit le char français subir 3 touches, mais l'emporter au final. Cette perte déclenche le jet de démoralisation est-allemand car le seuil est atteint. Ce dernier est raté (il fallait 9 ou moins sur 2D6, mon adversaire a fait 12... ) et la résistance s'effondre.

Carte



T72 détruit



La sortie est est bloquée



Les X30 dans Siegen.



Merci à Stef, qui a bien voulu accepter de continuer quand tout était perdu, afin de me permettre de tester le combat urbain Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olrick

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 52
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 04/02/2007

MessageSujet: Re: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   Dim 3 Fév - 11:03

Superbe CR et bravo
Le noir des char ressort gris c'est normal?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foxbat



Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2010

MessageSujet: Re: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   Sam 23 Fév - 13:02

Merci, oui c'est normal, les photos au flash applatissent la peinture au lavis Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olrick

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 52
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 04/02/2007

MessageSujet: Re: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   Jeu 7 Mar - 0:01

Tes figés c'est du 1/300?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foxbat



Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 03/10/2010

MessageSujet: Re: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   Sam 9 Mar - 12:05

1/285 en fait, ce sont des GHQ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ciold War Commander : Centre Europe 1987   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ciold War Commander : Centre Europe 1987
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’homme et sa dignité, centre de tout projet éducatif
» Docteur TIMORES de la Clinique Chirurgicale de l'Europe à Marly
» Pour les TL : Revue Europe sur Pascal Quignard
» Françoise Pédeau, missionnaire au Burkina Faso depuis près de vingt ans, responsable d'un centre d'accueil pour enfants handicapés dans la région est du pays
» on regrettera l'Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jouer à BKC :: points de règles :: Blitzkrieg Commander France-
Sauter vers: